MOVIE DEAREST

Publié le par BBJane


Découverte, la semaine dernière, du blog américain Movie Dearest, consacré au cinéma camp d'hier et d'aujourd'hui -- mais évoquant aussi les dernières comédies musicales de Broadway, et d'autres délicieuses petites choses annexes...
Instructif, passionné, et fort bien looké.
Allez-y voir !...


Faye DUNAWAY en Joan CRAWFORD, dans
Maman très chère (Mommie Dearest - 1981 - Frank PERRY)


Et puisque j'illustre ce post par une photo du film Mommie Dearest, je ne puis résister au plaisir de reproduire pour vous une partie de l'évocation qui en est faite par COURSODON et TAVERNIER dans leur 50 ans de cinéma américain (éd. Nathan/Omnibus - 1995)
"Les amateurs de camp ont toujours adoré CRAWFORD, et la représentation emphatique qu'en donne le film plongea ce public spécialisé dans le ravissement. Des scènes comme celle où Joan CRAWFORD perd tout contrôle à la vue d'un cintre en fil de fer dans la penderie de sa fille, ou l'oblige maniaquement à nettoyer sa salle de bains devinrent célèbres, et il fut un temps de rigueur d'assister à des projections tardives de Mommie Dearest armé d'un cintre et d'une boîte de détergent, qu'on brandissait au moment approprié. Le réalisateur n'avait sans doute pas prévu cette gloire douteuse."
J'adore la dernière phrase -- étant entendu que ce genre de "gloire douteuse" ne risque pas d'advenir au très correct père TAVERNIER, dont le public, ces dernières années, n'a guère à brandir, à la vue de ses films, que le suaire d'un talent jadis authentique.
Pour découvrir (ou re-re-re-re-voir !!!) la fameuse "scène du cintre" de Mommie Dearest : cliquez ici.
Et une subliiime bande-annonce concoctée par Williamnilly sur VouZentube : ici.

Publié dans ACCOINTANCES WEBIENNES

Commenter cet article

Audrey 15/01/2009 11:02

"Numéro six" nous a quittés... Entre le crépuscule et l'aube... "By dawn's Early Light"... Une pensée pour lui.

Et pendant ce temps, on se pose toujours une terrible question :
http://fr.news.yahoo.com/2/20090109/tcu-tintin-etait-il-gay-de-toute-evidenc-0b4785e.html

Terrifiante, Faye Dunaway !

Ma version préférée de "Always..." reste celle d'Elvis... Je trouve que les paroles manquent un peu de puissance (elles se lamentent) et qu'il faut une voix comme celle du King pour relever un peu cette chanson. Mais ça ne tient qu'à moi.